Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Maryvonne

Noces avec la vie - Madeleine Chapsal

en lisant "Noces avec la vie" de Madeleine Chapsal (livre de poche) j'ai trouvé cet extrait que je vous communique puisqu'il concerne un lien proche avec Sacha.

...la maison située sur notre gauche, du même côté de la route, était occupée par une femme éclatante tant par son physique que par son tempérament, Marcelle Bréaud. Elle avait quatre enfants dont l'aînée, une ravissante petite fille aux longs cheveux, prénommée Francine, devint championne de ski junior - elle s'entraînait sans cesse- et finit par épouser, des années plus tard, Sacha Distel"
"légèrement plus jeune que ma tante, Marcelle Bréaud devint vite son amie pour des raisons de proximité, mais aussi d'entraide. Remarquable déjà par sa coiffure -elle portait ses longs cheveux en une grosse natte enroulée autour de sa tête, sur laquelle elle aimer piquer un ornement : fleur, noeud, bijou.
Marcelle ne pouvait tenir en place. Sans cesse en mouvement, arpentait les pistes dès que le téléphérique fonctionnait, descendait pour un rien à Megève...."
 

 

40209_0Titre: Noces avec la vie

Année de parution: 2006

Auteur: Madeleine Chapsal

Éditeur: LGF 

   

Présentation de l' éditeur
" J'ai seize ans, début de tuberculose, quand soudain la guerre éclate. Il fait froid à Paris, la nourriture manque, inquiète pour ma santé, ma mère m'envoie en altitude rejoindre ma tante paternelle qui a épousé un juif et s'est réfugiée à Megève avec ses enfants. Se sentant menacés, beaucoup d'autres s'y cachent dont les Servan-Schreiber sous le nom de Servan. En Haute-Savoie, zone encore non occupée, on s'estime relativement protégés. Ski, bicyclette, flirt, danse [...]. C'est en dansant que je vais faire la connaissance d'un jeune homme qui part rejoindre de Gaulle : Jean-Jacques Servan-Schreiber, dix-huit ans. Mais la situation s'aggrave : rafles, dénonciations, arrestations, il faut fuir, je rentre à Paris. C'est après les combats de la Libération que je retrouve par hasard le jeune homme rencontré à Megève, il est dans son uniforme de lieutenant d'aviation [...]. Je suis guérie, il est vivant, le glas n'a pas sonné pour nous, nous voulons nous marier. Noces avec la vie, noces avec l'amour... "

Commenter cet article