Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Publié par Amis de Sacha Distel

Lu sur le site : e-memoires.org

Le basket-club fontainois et le club de gymnastique « la Fontainoise avaient cassé leurs tirelires pour faire venir le chanteur de charme le samedi 23 avril 1967 dans un immense chapiteau au stade Maurice Thorez.
 

C’est Marc Organ, président du basket-club qui avait rencontré par hasard au cinéma l’Eden à Grenoble un copain de lycée, Maurice Saltano, jeune organisateur de spectacle.
Il lui demande s’il peut lui arranger un concert à Fontaine avec une grande vedette.
C’est une époque où tout semblait plus simple, les artistes accessibles, et les tournées plus nombreuses allaient dans le moindre village. Or, Maurice Saltano est un grand ami de Sacha Distel et le contrat est vite signé.

 Environ 80 bénévoles vont faire un travail pharaonique élevant un colossal chapiteau, (il n’y a pas de salle assez grande à Fontaine et même dans la région), mettant une grande piste de danse et plaçant une cinquantaine de haut-parleurs un peu partout.
C’est l’orchestre de Jack Maler qui assure la première partie ce soir-là faisant danser plusieurs cen-taines de couples.  

Aux environs de minuit, la souriante vedette entre en scène s’excusant d’entrée de ne pas avoir les cheveux longs et des chemises à fleurs, (allusion au régional de l’étape, le chanteurGrenoblois Antoine devenu rapidement célèbre avec ses élucubrations).
Dès ses premiers accords de guitare, la gent féminine tombe visiblement en pâmoison du beau Sacha.
Le lendemain, le charme est rompu, et l’énorme pyramide en toile démontée.
Ce qui aurait pu être un fiasco financier l’a été, les deux associations ont bu le bouillon comme cela était déjà le cas pour l’organisation d’un concert avec l’orchestre de Gilles Pellegrini, un des trompettistes de Johnny Hallyday.
La municipalité a épongé les dettes, mais ce que nos deux clubs sportifs ont perdu en argent, ils l’ont gagné en muscles.

Avec l'aimable autorisation de Denis Guignier
Vous pouvez également retrouver cet article sur le site http://www.e-memoires.org 

 

Commenter cet article